top of page
Rechercher

Pourquoi Les Racines des Collines?

Partie 1 - Le goût et le sol !



C'est par hasard que nous avons fait des carottes notre logo, car de nombreuses personnes me disent que nos carottes sont les meilleures qu'elles aient jamais goûtées. Et c'est vrai, elles sont vraiment addictives.

Mais en réalité, je suis toujours choqué lorsque je goûte un produit issu de la production industrielle par rapport aux légumes cultivés dans une petite ferme. Les poivrons et les tomates, les haricots, les pastèques... tout ce que vous voulez, ils ont tous un meilleur goût lorsqu'ils sont cultivés dans une petite ferme comme la nôtre. Mais pourquoi ?


C'est une combinaison de plusieurs raisons, notamment la sélection des semences, le climat, l'eau, les périodes de récolte et la santé du sol. Et cela dépend des cultures dont il s'agit, mais en général, les petits agriculteurs cultivent pour le goût. Nous voulons que nos clients ADORENT nos légumes. C'est pourquoi nous prenons en compte tous ces éléments afin de cultiver les meilleurs produits possibles.


L'environnement est une autre de nos grandes motivations. Et la façon dont nous pouvons protéger l'environnement et même contribuer à des solutions climatiques, c'est par le biais de notre sol. Par ailleurs, la santé du sol est également essentielle pour obtenir des légumes savoureux !


Si nous avons un bon sol, nous avons des plantes saines qui peuvent résister aux parasites et aux maladies. Des sols sains donnent des légumes plus savoureux et plus riches en nutriments. Des sols sains accélèrent la récolte et le désherbage... en général, les ressources que nous investissons dans nos sols font une énorme différence dans notre production globale.


Notre objectif est de renforcer l'agrégation du sol, saison après saison. Nous voulons améliorer le sol, et non le dégrader, tout en produisant une culture commerciale. Si nous devions mettre un nom sur cette méthode, nous pratiquerions une agriculture à faible labour.

Cela signifie que nous compactons notre sol le moins possible. Le compactage tue l'écosystème du sol. Afin d'éviter le compactage, nous avons des lits permanents.


Cela signifie que nous ne roulons pas sur le "lit", mais que nos pneus et nos pieds touchent toujours le même endroit. Nous avons mis ce système en place depuis quelques années et il a fait une énorme différence dans la texture du sol (agrégation). Nous nous retrouvons avec un lit surélevé dans lequel il est plus facile de planter parce que la texture est molle. Cela permet aux plantes de s'adapter plus rapidement après la transplantation et améliore la santé des plantes et la rétention d'eau.


Nous avons eu quelques difficultés à faire la transition entre les cultures et à gérer la pression des mauvaises herbes avec ce système. Mais finalement, après des heures et des heures de recherche et d'essais et d'erreurs, Robin a affiné notre arsenal de machines montées sur tracteur et dispose d'un système qui permet de réduire les mauvaises herbes tout en nourrissant le sol sans trop d'intrants.


Honnêtement, le chemin a été un peu semé d'embûches. La façon la plus simple de pratiquer le semis direct est d'utiliser de petites machines à conducteur marchant, des bâches et beaucoup de compost... C'est un système brillant que les peuples indigènes pratiquent depuis des millénaires (moins les machines à conducteur marchant), mais récemment, des personnes comme Eliot Coleman et Jean-Martin Fortier ont formulé des solutions pour les petits maraîchers. Leur travail a joué un rôle essentiel dans le lancement du mouvement des petites fermes... mais nous sommes un tout petit peu trop grands pour nous contenter de ce système à échelle humaine. En ce qui nous concerne, nous voulons cultiver plus d'aliments avec moins de main-d'œuvre, ce qui nous permettra de réduire le prix de certaines cultures et, en fin de compte, de rendre le travail moins pénible.


Le système à échelle humaine et à conducteur marchant repose également sur le compost de la ferme. Nous n'avons pas trouvé de source fiable de compost et le compost que nous trouvons est transporté par camion et contient une quantité non divulguée de tourbe, ce qui entraîne d'énormes émissions de CO2. Notre approche est donc hybride et nous l'inventons au fur et à mesure (avec beaucoup d'autres agriculteurs qui, heureusement, partagent leur sagesse).


Nous nous appuyons sur le sol naturel et nous nous efforçons de l'améliorer en utilisant le moins possible d'intrants extérieurs. Notre ferme a un bon sol - de classe 1. Il s'agit d'un sol limoneux avec un peu de sable à certains endroits, une pincée d'argile à d'autres et beaucoup de tourbe dans un champ. En fin de compte, ce sol est notre meilleure ressource. Nous avons consulté des cartes des sols lorsque nous avons cherché des exploitations agricoles et cette ferme a atterri sur une bande de sol agricole de classe 1 d'une qualité exceptionnelle. Nous faisons donc de notre mieux pour protéger et améliorer cette ressource.


Notre système repose en grande partie sur les cultures de couverture - il s'agit d'une culture verte composée d'un mélange de légumineuses et de céréales que nous coupons pour nourrir le sol. Cette biomasse nourrit les bactéries et les champignons du sol, tout en étouffant les mauvaises herbes et en réduisant l'érosion. C'est une dépense importante pour nous. Nous cultivons des légumes pendant un à deux ans, puis nous couvrons le sol pendant un an pour le nourrir et le restaurer. Ce cycle permet également d'empêcher les maladies de se développer. Les semences de cultures de couverture coûtent à elles seules environ 3 000 $ par an, sans compter le temps que nous consacrons à la gestion de ces champs. Mais au bout du compte, c'est toujours beaucoup moins cher que d'acheter du compost pour amender et nourrir le sol. Et cela se traduit par des plantes plus saines et des produits de meilleure qualité (tout en continuant à cultiver à une échelle permettant de faire vivre notre équipe tout au long de l'année).


La herse rotative et le pyrodésherbeur sont des exemples de machines qui ont changé la donne pour nous. En un seul passage, avec la faucheuse à l'avant et la brouette à l'arrière du tracteur orange Kabota, nous pouvons couper une culture verte et labourer le sol de la manière la moins impactante possible (pour cette méthode d'agriculture), le rendant presque prêt pour une nouvelle culture. Vous pouvez le voir ici sur notre instagram : https://www.instagram.com/p/Cw5tleYABur/


Cette méthode a permis de réduire le temps passé avec le tracteur et de raccourcir la période pendant laquelle le sol est exposé. Dès que le sol est exposé, il commence à libérer du carbone, la biologie commence à souffrir, le rendant sensible à l'érosion par le vent et la pluie... ce qui revient à défaire tout le travail que la culture de couverture a fait en premier lieu. Enfin, nous disposons d'un équipement qui nous aide à préparer les plates-bandes pour les légumes sans exposer le sol trop longtemps.


Une meilleure intégrité du sol signifie également que nous sommes plus résistants aux pluies massives ou aux sécheresses. L'éponge du sol peut retenir l'eau, ce qui réduit le ruissellement et permet de conserver l'eau pendant les périodes de sécheresse.

Et je n'ai pas encore parlé de l'impact environnemental plus important du sol : un sol non couvert libère du carbone, tandis qu'un sol couvert de plantes séquestre le sol.

Enfin, nous nourrissons le sol pour qu'il nourrisse les plantes et que nous puissions vous offrir des légumes délicieux et nutritifs. Alors, à la santé du sol !


ps.

Si vous voulez en savoir plus sur les merveilles du sol et ses effets sur le climat, passez un peu de temps sur ce site web : www.kisstheground.com. Il y a beaucoup à découvrir !

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page